Philizot-header_noir

La construction
du champ visuel
par le design
graphique

Une épistémologie
du regard

 


Thèse en Arts visuels
Sous la direction de Pierre Litzler
Université de Strasbourg
Soutenue le 29 novembre 2016

 


 

Cette thèse s’inscrit au croisement des champs du design graphique, des visual studies, et de l’épistémologie. Elle interroge la dimension politique du regard, au travers d’une mise en perspective critique de l’épistémologie du design graphique, entendu comme ensemble de pratiques et de théories consacrées au travail de la représentation. Une histoire critique du regard moderne, empruntant à ce qu’ont pu produire Bruno Latour ou Philippe Descola dans le champ de l’anthropologie, permet de faire apparaître ce que le phénomène de la représentation doit à la modernité. À l’image des sciences, le visible a lui aussi fait l’objet d’un « Grand partage », contribuant à construire et à structurer notre espace visuel, en imprégnant le regard moderne de ses préjugés et de ses inclinations. Les catégories qui se présentent alors sous une forme visuelle semblent bien pouvoir, par la métaphore, recouvrir des distinctions épistémologiques plus fondamentales, permettant d’une certaine manière de considérer que les principes de vision (les manières de voir) sont aussi des principes de division (des manières de comprendre et de connaître). Invitant tour à tour à emprunter ces deux points de vue complémentaires, cette thèse nous conduit, à la suite de Nelson Goodman, ou dans le champ des études visuelles, de WJT Mitchell, à réfléchir à la définition même du design graphique contemporain, cette discipline particulière qui conjugue représentation politique et représentation visuelle en transformant des rapports de force en rapports de sens.

Partager