Philizot-header_noir

Une cartographie
de la recherche
en design graphique

Exposition
Le Signe – Centre national
du graphisme à Chaumont
13 mai — 6 août 2017

 

Commissariat
Vivien Philizot et Malte Martin

Textes
Vivien Philizot

Conception graphique
Vivien Philizot, assisté par Michaël Mouyal et Julienne Richard

Scénographie
Philippe Riehling et Vivien Philizot

Relecture et corrections
Charlotte Bomy

Traduction
Birgitt Sørensen

Numérique
Juan Andres Gomez

Coordination
Département Collection, expositions et recherche du Signe

Ces dernières années ont vu l’émergence d’un intérêt grandissant pour la recherche, que l’on mesure à l’aune des axes et des projets développés dans les écoles d’art, du nombre croissant de thèses en préparation dans les universités et les écoles d’art, du travail de consolidation fait par différents acteurs institutionnels.

Faire de la recherche, c’est se donner l’opportunité de nourrir en retour la pratique, c’est contribuer à documenter son l’histoire, à en renforcer l’ancrage contextuel. C’est aussi tenter de dégager ce qui fait la spécificité de l’activité du designer graphique, à la frontière du champ artistique et de nombreuses autres pratiques. Dépassant une conception du design graphique comme art décoratif, la recherche semble bien permettre de réaffirmer le rôle fondamental du design graphique dans notre société.

Pour en prendre la mesure, il faut reculer un peu pour adopter un point de vue sur le point de vue, qui est aussi un point de vue sur un paysage, formé par des lieux de production de la recherche (laboratoires, écoles, universités), peuplé par des acteurs, traversé par des problématiques, elles-mêmes appuyées sur des écrits et des projets dont la sédimentation progressive peut bien concourir à donner à cette discipline son épistémologie.

À quoi peut bien ressembler le paysage de la recherche en design graphique ? C’est à cette question que tente de répondre cette exposition, qui en retour, peut elle-même se lire et se penser comme une cartographie.
Le design graphique est toujours au sujet d’autre chose que le design graphique. La recherche peut à ce titre s’interroger sur le monde social, la politique, les images ou l’écriture, la typographie et le signe, leur rôle dans la transmission des savoirs et la communication visuelle, mais aussi l’histoire, l’archive et les collections, ou encore le numérique, les nouveaux médias et les modes complexes de visualisation qui leurs sont associés.

La cartographie de la recherche en design graphique fait alors apparaître six grands territoires, dont les frontières poreuses sont allègrement franchies par la plupart des projets et des chercheurs. Ce découpage est contingent, il offre un point de vue sur un état actuel de la recherche, un éclairage instantané sur ses quelques couleurs dominantes, que les projets mélangent en continu et dans des proportions variables.

Une telle cartographie est bien entendu construite sur des découpages discutables, présupposant les limites même de la carte, tracées entre recherche et pratique, entre graphisme et art ou design. Étrangers à toute ambition normative, ces choix sont à voir comme des points de départ, des pistes de discussion et de réflexion ouvertes sur les prolongements potentiels que la richesse du champ du design graphique laisse ici entrevoir.

Partager